De: Cours de chant Litwin [newsletter@coursdechantlitwin.com]
Envoyé: dimanche 1 septembre 2013 11:58
À: newsletter@coursdechantlitwin.com
Objet: Comment chanter sur scène - 3ème partie - Le micro et ses astuces.

Pour ne plus recevoir des informations de coursdechantliwin.com, cliquez ici

Mario Litwn

Comment chanter sur scène

Par Mario Litwin

http://www.coursdechantlitwin.com

01.77.15.52.73 - 06.03.93.09.09

Cette newsletter fait partie d'une série sur le sujet Comment chanter sur scène.

Chanter sur scène ou même face à un nombre réduit de personnes est un vrai enjeu personnel, un défi qui pour être relevé exige un minimum de connaissances pour ne pas commettre des erreurs.

Sur scène, le moindre accident, erreur ou maladresse est très visible. L'artiste expérimenté sait les éviter au maximum ou les utiliser à sa faveur lorsque ça arrive. Ces quelques conseils permettront à l'artiste débutant de se tirer d'affaire avec joie et dignité.

 

3e partie - Le micro et ses astuces.

 

Le micro ainsi que l'électronique en aval, accomplissent trois fonctions.

  • Enregistrer la musique.
  • Amplifier le chant.
  • Embellir la voix.

Il n'y a pas un, mais deux acteurs dans l'utilisation du microphone, le deuxième est l'ingénieur du son, responsable de l'enregistrement ou de la sonorisation.

 

La façon de tenir le micro a une grande influence sur le résultat final. Il doit être tenu dans l'angle correct pour lequel il a été conçu. Pour un micro ordinaire de scène, c'est la position horizontale qui convient afin de préserver l'équilibre sans déformation du timbre, trop de de graves ou d'aigus.

 

L'idéal est de le garder à une distance entre 10 à 15 cm de la bouche, mais dans un environnement bruyant il doit être plus proche, pour éviter qu'il amplifie aussi les bruits de la salle. Plus il est loin de la bouche, plus on doit augmenter le volume de la sonorisation, avec le risque supplémentaire de produire du Larsen.

 

Le Larsen est un effet sonore très bruyant consistant en une note très forte qui se produit lorsque le son des enceintes arrive au micro qui s'amplifie et ressort encore par les enceintes s'amplifiant à chaque passage jusqu'une limite déterminée par la puissance maximale de l'amplificateur. Il s'elimine en changeant de place ou de position ou moyenant un reglage électronique.

 

Or un micro trop près de la bouche produit un son très difficile à contrôler, avec des graves excessifs, ainsi que des coups sonores très particuliers appelés des "pops". Un "pop" se produit à cause de l'air expulsé violemment lorsqu'on prononce la consonne "p" ou "b".

 

Il existent plusieurs procédés pour éviter les "pops". Le plus connu est le classique filtre en gaze qui disperse l'air, utilisé dans les studios d'enregistrement. Sur scène, ces filtres s'avérent trop encombrants et cachent le visage du chanteur. On peut utiliser le capuchon en éponge qui enveloppe la grille du micro, mais il est moins efficace. Un recours de fortune, mais pas très pratique, est d'envelopper le micro dans un foulard léger (ou une serviette de restaurant) en laissant un peu de vide entre le tissu et la grille du micro.

 

Une autre astuce consiste à chanter avec le micro légèrement décalé de l'axe de façon à ce que l'air passe à côté. Deux ou trois centimètres suffissent.

 

Plus le micro est près de la bouche, plus les différences de volume se feront remarquer pendant la prestation. Les chanteurs expérimentés savent moduler la distance en fonction de la puissance vocale émise.

 

Du côté de l'ingénieur du son, lorsqu'il existe, tous ces problèmes, y compris le larsen et les "pops", s'évitent en utilisant un compresseur. Ceci est un dispositif électronique qui offre plusieurs avantages. Mais son utilité ne se limite pas à la prevention de défauts ou au lissage du volume et elle sera expliquée dans un prochain article.

 

Il est important que la voix et l'accompagnement sortent de la même enceinte ou des enceintes très proches. Rien de plus désagréable pour un auditeur que d'entendre une voix presque "a capella" sortant d'une enceinte et un accompagnement isolé de l'autre côté de la salle.

 

Le chanteur doit avoir un retour naturel de sa propre voix, ni trop fort ni trop bas, afin de pouvoir assurer sa prestation sans être perturbé par les conditions propres à l'amplification. Celle-ci doit être une aide et non pas une contrainte. Trop fort, il aura tendance à chanter plus doucement et réciproquement. L'idéal c'est d'entendre sa voix un peu plus fort qu'on l'entend à l'intérieur de son crâne (écoute solidienne), mais ceci est difficile dans un environnement bruyant.

 

La finalité est de ne pas se sentir "isolé" de sa propre voix par le fait de l'entendre seulement "hors de son corps", le bruit ambient masquant l'écoute solidienne. Un reglage de bonne qualité (égaliseur, réverbération, compression) peut sublimer une voix et apporter beaucoup de plaisir à l'artiste sur scène au bénéfice de sa prestation. Ceci exige un ingénieur de son expérimenté ainsi qu'une connaissance, de la part de l'artiste, du fonctionnement et du vocabulaire de l'appareillage électronique afin de pouvoir transmettre des directives pertinentes.

 

Une grave erreur qu'on rencontre fréquemment dans beaucoup de théâtres et surtout dans les salles polyvalentes, est l'installation de l'ingénieur du son dans une cabine isolée, loin des conditions d'écoute réelles. Or l'ingénieur du son, pour réaliser un reglage correct, doit se placer idéalement dans les mêmes conditions que le public. Bref, il doit être PARMI LE PUBLIC, même pas dans le fond de la salle où la présence du mur modifie l'acoustique, mais dans un secteur aménagé au milieu de la salle pour installer la table de mixage et le matériel l'accompagnant.

.

Une autre erreur, qu'on rencontre souvent dans des enregistrements amateurs, est la présence de la voix fondue dans l'accompagnement. Les instruments d'accompagnement ne doivent pas concurrencer en volume avec la voix. La voix doit s'entendre bien au-dessus de l'accompagnement. On doit pouvoir comprendre les paroles sans effort.

 

Une bonne analogie à retenir est de comparer un tour de chant avec une pièce de théâtre, ou la voix représente le comédien et l'accompagnement le décor.

 

On comprend que le reglage de la sonorisation ne doit pas être pris à la légère, car il a une influence décisive sur la qualité de la prestation.

 

Je peux vous expliquer plus de choses personnellement dans un studio de musique. Appelez-moi au 01.77.15.52.73 ou 06.03.93.09.09 (vous pouvez aussi m'envoyer un email ou un texto) pour un premier cours gratuit où vous apprendrez déjà beaucoup de choses.

 

Mario Litwin

 

Prochains articles

  • La gestion du texte, la hantise d'oublier les paroles.
  • Les appareils d'aide à la scène, égaliseur, réverbération, compresseur

Adresse des cours

- Club Med Gym - 149 rue de Rennes - 75006 PARIS

- Centre de musique - 10 rue du Commandant Pilot - 92200 Neuilly-sur-Seine

Sur rendez-vous exclusivement

.